Écrit par Secretariat Affichages : 25893

Le Général de Gaulle est président de la République et Georges Pompidou Premier Ministre pour son second gouvernement ( de 1962 à 1966 )

Le conseil municipal élu en mars 1959 est constitué de Mr Bégouin André, maire de la commune et de MM. Birot Bouchet, Brotteau, Camus, Chainier, Fleurant, Guiet, Piton, Renaud, conseillers.

 

le 24 février : Par rapport au budget 1964, les crédits engagés se révélant insuffisants, 9526F de dépenses extraordinaires sont votés par le conseil. Par ailleurs, les fonds de la caisse départementale scolaire seront utilisés pour l’entretien des locaux (plancher de la classe moyenne), pour l’achat de matériel collectif d’enseignement comprenant du matériel d’enseignement agricole et pour l’aménagement des locaux pour l’enseignement du travail manuel, des sciences et l’amélioration de l’hygiène, le tout pour 1750F.

le 25 mars : C’est la première réunion du nouveau conseil, (suite aux élections municipales des 14 et 21 mars 1965). Sont élus Mrs Balanger G, Bégouin André, Bertrand Raymond, Brotteau Alban, Birot Pierre, Bouchet J, Camus Michel, Fradon Marc, Guiet André (le plus ancien), Piton René, Renaud Raoul (à noter que le nombre de conseillers augmente d’une unité). M Bégouin André est réélu maire avec 10 voix et un bulletin blanc. M Bertrand Raymond est ensuite élu adjoint, devant Michel Camus, avec huit voix sur dix suffrages exprimés.

Le conseil désormais installé tire tout d’abord au sort les obligations concernant les emprunts :  soit 1500F pour l’église, et pour l’immeuble Guindet (l’ancienne poste) 7000F. Les services des Ponts et Chaussées sont sollicités pour abattre les arbres bordant la Nationale 699 (devenue l’actuelle D 699) dans le bourg. L’administration des P&T devra s’acquitter d’un loyer réévalué : passant de 120F à 180F annuel. Le conseil a décidé de mettre en état de viabilité 4 chemins avec l’aide des subventions du département et sollicite en conséquence les services des Ponts et Chaussées qui seront rémunérés par un pourcentage proportionnel à l’ampleur des travaux.

Un emprunt de 25 000F sur 15 ans (annuités de 2408F) pourvoira aux dépenses correspondantes .

 

 

le 24 avril : Cette deuxième séance du mandat a pour but de désigner les délégués membres des différentes commissions : des chemins, du syndicat d’adduction d’eau, du syndicat intercommunal du Centre Culturel et Sportif ( MM. Renaud et Bertrand, avec M Camus comme suppléant), bureau d’aide sociale, comité des fêtes, bâtiments communaux et comité local au développement économique. Le maire et l’adjoint seront membres de droit de chacune de ces commissions.

 

le 21 mai : La séance débute par la présentation des comptes de l’année écoulée (1964), avant de passer au vote du budget supplémentaire qui prendra en compte en particulier les augmentations suivantes : à partir du mois d’avril, les salaires des employés communaux sont réévalués : le secrétaire de mairie  recevra 24F de plus par trimestre soit 624F par période ; le garde champêtre ainsi que le fossoyeur passent à 234F du trimestre (+ 9F) ; le cantonnier passe à 15.60F de salaire journalier et enfin la cantinière et la balayeuse passent à 1.70F de l’heure. M le maire signale ensuite que M Simonet Jean, ébéniste, se porte acquéreur du retable de l’église, à l’exception du tabernacle, de deux colonnes et des deux statues qui seront conservés (St Pierre et St Vincent, patron de notre église), pour 700F. Enfin, M Déloge Marcel est remplacé par Mme Déloge Simone, son épouse, comme secrétaire de mairie.

 

 

le 14 septembre : La séance a pour but de réévaluer l’indemnité spéciale attribuée au comptable du Trésor Public. Celle-ci sera désormais de 34 F par an. L’allée centrale du cimetière est prolongée vers le sud tandis qu’une concession de 3 m² située au sud-ouest de la croix centrale (autrefois

près de l’église ; désormais située au fond du cimetière ) sera destinée à M l’abbé Vincent , curé de la paroisse de Réaux. La réunion s’achève par l’évocation de la création d’un bureau de poste et éventuellement d’une mairie ainsi que la possibilité d’acheter le terrain nécessaire pour le projet.

 

le 8 octobre : Le conseil accepte le projet de maquette du vitrail de l’église paroissiale (dans le mur du chevet, jusqu’alors masqué par le retable). L’église est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 13 mars 1935 (il y a donc 80 ans) Le devis établi par l’architecte des bâtiments de France s’élève à 3250 F et la commune sollicite en conséquence le Ministère des Affaires Culturelles. Par ailleurs  M le curé obtient une subvention de 200 F pour l’installation du téléphone au presbytère.

 

Le 22 décembre : M. le maire présente lors de cette séance le budget primitif pour l’année 1966. Une taxe sur les chiens est supprimée. Les salaires des employés communaux sont réévalués pour 1966 : le salaire trimestriel passe à 750 F pour la secrétaire de mairie, à 250F pour le garde champêtre et le fossoyeur, le salaire journalier du cantonnier monte à 15.95F et cantinière et balayeuse toucheront désormais 1.89 F de l’heure. Les fonds de la caisse départementale scolaire seront utilisés pour moitié pour l’entretien des bâtiments scolaires et pour l’achat de matériel collectif : documentation pédagogique  calcul  matériel de classe …